L’Indonésie : L’enfer de la route vers Semarang


Nous redoutions un peu de devoir quitter Jakarta à vélo, heureusement, nous recevons un dernier petit coup de pouce de Rini qui nous avance d’une cinquantaine de kilomètres en voiture. Nous commençons donc notre premier jour de vélo en Indonésie à 16h et roulons de nuit dans un trafic toujours présent et dans un brouhaha insupportable qui ne sera qu’à peine atténué pendant la nuit. Cette nuit-là, nous trouverons refuge près d’une mosquée pour une courte nuit compte tenu du fait que la première prière est à 4h du matin.

Thomas : Nous décollons donc avant le lever du soleil et je commence à sentir des symptômes d’une maladie (mal de ventre, maux de tête). La courte nuit n’a pas vraiment aidé mais nous partons pour une longue journée de route encombrée et bruyante accompagné de cris des conducteurs hurlant «Bouley » par le carreau de leur véhicule. Un mot qui ressemble étrangement à la désignation d’un incompétent en français mais qui signifie ici « l’étranger/Le caucasien/le blanc ». Tout comme en Thaïlande et au Cambodge, nous ne passons pas inaperçu et le cumul de tous ces phénomène est épuisant. L’évasion permise par mon lecteur mp3 est salvatrice.

RomainLes jours se suivent et Romain commence à présenter les mêmes symptômes que moi. Notre état de santé se dégrade rapidement et nous décidons de prendre un hôtel pour récupérer. Cela n’aide pas beaucoup  et nous devons avancer pour respecter notre planning. Un soir nous dormons devant une station-service, cachés entre deux arbustes, nous partons toujours avant le lever du soleil pour ne pas être repérés. Les nuits sont de plus en plus courtes et la maladie ne s’arrange pas, nous nous interrogeons sur la cause et si nous n’avons pas contracté quelque chose de plus grave… Nous prenons des antibiotiques et prévoyons de nous reposer à notre arrivé à Semarang où nous devons retrouver Mirza, un étudiant indonésien de 19 ans, contacté sur internet et qui souhaite nous aider. Les deux derniers jours avant d’arriver chez Mirza sont très difficiles physiquement et psychologiquement. Nous sommes livides, la chaleur est étouffante (35 à 40 degrés), la route est compliquée avec beaucoup de dénivelés, nous n’avons soit pas d’appétit soit peur de mal digérer ce que l’on va manger, nous perdons du poids et manquons d’énergie. Dans une aventure comme celle-ci il y a des hauts et des bas et nous le savions avant de partir et c’est aussi un choix de notre part. Ces quelques jours sont de loin les plus difficiles que nous ayons eu à vivre en Asie et c’est dans ces moments que notre «vie» nous manque le plus. Nous restons pourtant déterminé et cette détermination nous mène jusqu’à chez Mirza avec certes deux jours de retard sur le planning mais fiers d’être allés au bout de cette épreuve.

Mirza2Mirza est très sympathique et bien que totalement anéantis par la fatigue, nous passons quelques heures avec lui à discuter de sa vie et de notre aventure avant de nous effondrer pour une longue nuit de sommeil. Nous restons trois jours pour nous reposer, nous débarrasser de cette maladie et visiter la ville avec Mirza. Nous reprenons l’appétit et apprenons quelques rudiments de bahassa (la langue parlée en Indonésie). Le « Mie Goreng » avec du « Es The Manis » (Noodle et Thé glacé sucré) devient notre repas simple préféré.

Retrouvez l’article sur la première partie de l’étape Indonésienne : Jakarta

Retrouvez toutes les photos de l’Indonésie sur notre page Facebook.

Publicités

2 réponses à “L’Indonésie : L’enfer de la route vers Semarang

  1. Merci de nous faire partager vos aventures et votre beau projet.
    Bon rétablissement à vous deux.
    Les voisins anonymes de Romain.

    • Merci beaucoup de votre soutien et de l’intérêt que vous portez à notre aventure. Nous allons beaucoup mieux et nous allons prochainement rejoindre la ville de Brisbane en Australie.
      A bientôt pour la suite de l’aventure.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s