Australie : La route vers Brisbane (2/2)


Le climat est chaud et sec. Cela a des avantages comme celui de pouvoir se baigner dans l’océan sans souci ou de dormir sans sac de couchage. En revanche, il faut prévoir la crème solaire qui se met 20 minutes avant exposition, c’est bon de le savoir. Notre peau se souvient encore de ces longues journées ensoleillées. Nous nous retrouvons rapidement avec des bronzages assez comiques. Il est également très important de s’hydrater, le1897922_423196671159094_1425031596_n problème étant de trouver des points d’eau potable sur la Pacific Highway. Il y a bien des citernes d’eau de pluie mais elle n’est pas potable. Nous devons donc régulièrement filtrer l’eau pour refaire le plein quand nous restons plusieurs jours de suite sur la Pacific Highway.

Les Australiens aiment faire du camping et voyager sur leur terre immensément grande. Ils sont équipés pour ça. Ils possèdent de volumineuses caravanes, des camping-cars, des vans et des bus aménagés. La location de ce type de véhicule est courante, Nous avons croisé un nombre très important de van Juicy. Il faut savoir qu’en Australie, le camping reste interdit dans beaucoup d’endroits. Pour être tranquille, il faut s’acquitter d’onéreux frais dans les campgrounds. Dans certaines villes, il existe des places aménagées pour dormir dans sa voiture ou dans son camping car mais planter sa tente reste encore interdit. Ces interdictions nous ont obligé à nous cacher. Pour cela, il faut planter la tente la nuit tombée et se lever avant le soleil. On finit par s’y habituer.

Nous avons dormi dans des endroits remarquables. Nous n’oublierons pas la nuit passée sur la plage de Caves Beach, la nuit passée au pied d’un Caves beachvélodrome, les nuits dans les fermes australiennes et celles passées sur les autoroutes. La tombée de la nuit sur la Pacific Highway nous oblige à dormir sur les aires de repos. Les prochaines sorties étant parfois trop éloignées pour être rejointes. La pire nuit restera celle passée dans un bois humide infesté de moustiques situé derrière une entreprise.

Nous avons évidemment rencontré quelques problèmes sur la route. Il y a eu les crevaisons sur le vélo d’Eunbi. Un clou directement planté dans la roue nous a obligé à changer les pneus pour des modèles bien plus résistants. Thomas casse deux fois un rayon sur la Pacific Highway. Cela devient une habitude et cela ne nous surprend même plus. Eunbi a malheureusement chuté une fois à cause d’une portière de voiture brusquement ouverte lors de la traversée d’une ville. Elle s’en est sortie avec des égratignures.

Il faut savoir qu’à l’approche des grandes villes comme Wellington ou Auckland, la Pacific Highway devient motorway et que cette dernière est alors interdite aux vélos. Il nous faut donc trouver des itinéraires bis ce qui nous ralentit un peu.

En ce qui concerne les animaux, nous avons croisé sur la route, et c’est triste à dire, autant d’animaux morts que vivants. On se souvient avoir croisé un kangourou gigantesque couché le long de la route. L’Australie met pourtant en place des systèmes pour réduire l’impact de l’homme sur la vie sauvage. Sur la Pacific Highway, il y a de nombreux panneaux prévenant la présence d’animaux, les statistiques sur le nombre d’animaux tués sur le courant de l’année et des passerelles afin qu’ils puissent traverser la route en toute sécurité.

La Pacific Highway est faite pour les vélos car il y a une piste cyclable avec un marquage important. Cela dit, il faut savoir qu’il y a des portionsPont dangereuses ou le couloir disparait. Le franchissement des ponts reste le plus gros problème car il n’ y a pas d’espace pour se décaler et on se retrouve alors dans la circulation sur une Highway. Les zones aménagées sont souvent de l’autre côté de la route ou nous obligent à porter les vélos.

Au cours du voyage nous avons dormi dans quelques fermes australiennes. Nous avons toujours été très bien reçu avec un accès à la douche que ce soit dans une salle de bain ou grâce à un tuyau dans un jardin.

Notre arrivée à Brisbane de nuit marque la fin d’un voyage de 1200 km sur 15 jours. Nous traverserons cette charmante ville du sud au nord pour rejoindre notre hôte Linda. Nous restons chez elle plusieurs jours ce qui nous permet de visiter. Brisbane est une ville que l’on peut caractériser de « bike friendly ». Il y a des pistes cyclables et voies piétonnes dans toute la ville. Nous visitons la plage artificielle et le quartier de South Bank.

Retrouvez toutes nos photos de l’Australie sur notre page Facebook.

Autres articles sur l’Australie :
L’arrivée à Ayers Rock
– Les premiers jours à Sydney
Sydney
La route vers Brisbane (1/2)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s