La Nouvelle-Zélande : En route vers l’île sud

Nous suivons la route principale pendant la majorité de cette étape car elle est parfaite même si très vallonnée parfois comme le passage par la « Desert Road », un morceau de désert d’une cinquantaine de kilomètre et dont nous sortons une fois la nuit tombée. Cette route fait partie des moments

Desert roadclés de notre aventure sur l’île nord, tout comme le passage par le lac Taupo. Avec une moyenne de 80 kilomètres par jour, nous arrivons doucement à Wellington et faisons nos adieux à Bob avec qui nous avons passé une semaine. Nous réservons notre ferry et partons découvrir la ville pour la journée. Plus nous descendons vers le sud et plus les averses sont nombreuses, les gens nous préviennent qu’un cyclone arrive mais nous le traversons sans trop de soucis. Arrivés sur l’île sud, nous continuons notre périple en suivant la côte est, ce qui nous amène a croiser de nombreux lions de mer qui se reposent au bord de l’eau. Nous passons par Kaikoura, ville réputée pour être un bon endroit pour voir des baleines, mais nous n’assistons pas à ce spectacle malheureusement.

Nous ne sommes plus qu’à une cinquantaine de kilomètres de notre destination finale, aux portes de Christchurch, nous recherchons notre dernière aire de camping à la ferme et tombons sur un domaine incroyablement grand. Un homme chiensd’une cinquantaine d’année nous accepte dans son jardin et nous invite à rentrer chez lui pour le thé. Le lendemain matin nous visitons le domaine en 4×4, les chiens de berger sont avec nous, prêt à exécuter les ordres de leur maître. Une fois arrivé tout en haut de la colline et en quelques secondes, les chiens bondissent à l’assaut des troupeaux de moutons et les amènent vers nous, une véritable petite armée, c’est très impressionnant et le cadre est magnifique.

Christchurch, apportez nous une corde…

Nous arrivons à Christchurch, fiers d’avoir terminé une nouvelle étape mais un peu tristes de ne pas en voir plus. Les premières impressions de la ville sont mitigées, la ville à subi un tremblement de terre très important trois ans auparavant et la reconstruction est toujours en cours. Des maisons abandonnés, des sans abri, nous avons beaucoup de mal à croiser des gens avec le sourire. L’atmosphère est pesante et nous n’avons pas d’endroit pour dormir le premier soir. Nous partons donc à la rencontre des habitants, ce que nous faisons rarement en ville en règle générale. Il est 21h30 lorsque l’on commence à sillonner les rues à la recherche de lumière, et de vie.

Thomas : Une maison avec un petit jardin, de la lumière je m’avance et frappe à la porte. L’homme qui en sort ne semble pas disposé à nous laisser camper dans son jardin mais nous indique un parc, nous le remercions pour son aide et continuons la recherche. Un garage est ouvert, et un homme travaille sur un véhicule de course, Romain s’avance et entame les négociations. Il ne faut pas longtemps avant que les gens acceptent et encore une fois, ils nous proposent même un lit qu’on ne peut clairement pas refuser !

La nuit suivante nous faisons la rencontre de Paul, un garagiste de 35 ans, qui héberge tous les jours des gens via CouchSurfing et c’est par ce biais que nous l’avons contacté. A notre arrivée, nous sommes accueillis par trois Allemands déjà présents et une autre Française fait également apparition dans la soirée. Ambiance qui rappelle un peu celle d’Erasmus, et nous permet de terminer ce voyage en Nouvelle-Zélande sur une note très positive !

Retrouvez toutes nos photos de la Nouvelle-Zélande sur notre page Facebook.

Les autres articles sur la Nouvelle-Zélande :
– Premiers pas au pays des Kiwis
Une rencontre épique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s